Les bagages du voyageur scolaire … selon Mathias.

Ça va faire maintenant trois ans que je me considère comme un vrai “voyageur”. Avec le temps, un petit plaisir s’est installé : faire mon sac le matin même. Avec un café et un bon disque, au malheur de mes colocs. Quelque chose là-dedans me détend. Avec le temps, j’ai appris quoi traîner, que ce soit pour trois jours ou deux mois. Contrairement à la plupart des jeunes avec qui je voyage.

Je vois malheureusement trop souvent des groupes arriver avec des valises pesant 25 lb (11 kilos) et un sac à dos plein à craquer. En plus d’être trop, c’est encombrant. Voici donc, selon moi, l’essentiel à traîner en voyage.

Dans un bagage de soute:

Personnellement, j’adore le format du sac de sport (un “duffel bag”). C’est compact, léger, et d’une grosseur parfaite quand je veux garder mon bagage avec moi.

  • Un chandail par jour, une paire de shorts/pantalons pour deux jours. La sueur, ça sort par les aisselles, pas les genoux. Quand on voyage, c’est pour découvrir. Pas impressionner.
  • Une paire de sous-vêtements d’extra. On ne sait jamais.
  • Des bas. Tous de la même couleur. Comme ça, si (quand) j’en perds un, je peux encore me débrouiller avec les autres.
  • Shampoing et savons. En plus de contribuer à la crise du plastique, les produits d’hôtels sont souvent de mauvaise qualité. Après avoir marché 27 000 pas, ce n’est pas le moment de prendre une douche à moitié!
  • Une ‘tite laine. Les chambres d’hôtels, c’est pas chaud chaud, puis l’air climatisé dans l’autobus, ce n’est pas pour tout le monde!
  • Des sandales. Je tuerais pour des sandales en fin de journée. Pour aller déjeuner, c’est parfait. Personne n’est fâché en sandales, puis le déjeuner, c’est un moment de paix.

C’est tout. Si je mets quoi que ce soit d’autre dans mon sac, c’est officiel que je ne m’en sers pas.

Dans mon sac à dos :

Je suis un gars de sac à dos. Je n’aime vraiment pas traîner un sac à bandoulière, je trouve ça inconfortable et j’ai souvent mal au dos. Je traîne donc mon sac à dos en tout temps. Un petit 20 litres avec une coquille pour les jours de pluie est bien plus que suffisant. N’allez pas acheter un sac juste pour un week-end, pas contre ! Le volume importe peu, l’essentiel est de ne pas trop le remplir.

  • Un imperméable. C’est LA chose sans laquelle je ne sors pas de chez moi.
  • Si je voyage en avion et que je dois enregistrer mes bagages, je prévois du linge pour me changer pour une journée, au cas où la ligne aérienne ne perde ma valise !
  • Carte d’identité, carte de crédit et de l’argent, pris dans une grosse pince. C’est moins encombrant, mais c’est surtout moins fâcheux de perdre ça qu’un portefeuille complet.
  • Mon plan de la journée, imprimé sur du papier, dans une enveloppe de plastique. Un téléphone cellulaire, c’est fiable jusqu’à un certain point. Du papier, à moins d’être mouillé, ça n’a jamais manqué de batterie.
  • Un chargeur de téléphone cellulaire.
  • Un petit sac en plastique imperméable
  • Une paire de bas secs.
  • Une caméra. Un iPhone pour les légers, un boîtier professionnel pour les PROFESSIONNELS. C’est lourd à trainer quand on ne sait pas comment s’en servir.
  • Des écouteurs.
  • Un livre.

Pour ce qui est des souliers, je passe ma vie dans des vieux Vans qui ont fait la guerre ou en sandales. Je n’ai rien à dire là-dessus.

Si avec tout ça, il manque encore quelque chose, ce n’est pas la technique qui est mauvaise, c’est le voyageur qui est de mauvaise humeur 😉

Mathias Labrie

Maniaque de festivals et de snowboard, Mathias est le genre de personne qui a toujours une histoire "funky" en réserve. Diplômé en cinéma et guide pour une troisième année, il est ce qu'on peut caractériser d'hippie moderne. La seule chose qui lui fait grincer des dents? Se faire appeler Monsieur.

View All Posts
Share via
Copy link
Powered by Social Snap